Christopher Johnston —- Recent Works

Petit mot sur l’enérgie solaire en Indonésie

«L’ombre qui viendra et reviendra dans ta vie ensoleillée…» (Desnos)

Au 19e siècle, Friedrich List a proposé la théorie qu’un pays en voie de développement doit temporairement protéger de nouvelles industries afin d’atteindre un certain volume et une qualité de production. À defaut de quoi, les produits de l’étranger étant de prix inférieur peuvent arriver en masse. La conclusion s’ensuit qu’il faut protéger la production locale jusqu’à ce qu’elle soit mature. C’était sans doute l’intention de la Cour Suprême lorsqu’elle a accepté㍊ la demande de l’association indonésienne de fabricants de panneaux solaires (Asosiasi Pabrikan Modul Surya Indonesia, “APAMSI“, de révoquer le règlement MEMR no. 17 de 2012 portant sur l’énergie solaire. D’après l’association, toute entreprise -locale ou étrangère -devrait être dans l’obligation de privilégier l’achat de panneaux solaires locaux pour soutenir les fabricants locaux. D’habitude, es propriétaires étrangers de centrales électriques solaires  utilisent des modules solaires étrangers pour deux raisons (1) ils sont moins chers et (2) parce que le financement (qui provient de l’étranger) y est subordonné. L’association rappelle que cette pratique ne respecte pas la Loi no 30/2007 portant sur l’énergie ni la Loi no. 5 de 1984 portant sur l’Industrie où il est stipulé qu’on doit donner la priorité aux produits locaux dans toute activité commerciale (TKDN ou Tingkat Komponen Dalam Negeri/Montant des composants domestiques).

Conclusion

Suite à la décision de la Cour Suprême, EBTKE (le Département de l’énergie renouvelable) n’a plus de régime réglementaire pour signer des accords d’achat d’électricité (AAE), ni pour choisir des lauréats d’offres de services pour des centrales électriques solaires. Par conséquent, tous les projets d’énergie solaires seront relégués aux oubliettes jusqu’à ce qu’une nouvelle loi soit promulguée.

Idée à retenir: La décision de la Cours Suprême met en relief le fait que le risque réglementaire en Indonésie peut surgir à tout moment.

D’aucuns diraient que le marché indonésien n’est pas assez important pour soutenir l’industrie locale de modules solaires. De plus, l’interdiction d’utiliser des modules étrangers va empêcher de bénéficier de la surproduction de modules chinois (qui a drastiquement diminué le coût, à l’étranger), ni du financement étranger à un taux d’intérêt intéressant. Bref, en fin de compte on doit conclure que la chaîne d’approvisionnement en Indonésie est beaucoup plus dispendieuse que celle de l’étranger, et la décision de la Cour Suprême va augmenter le coût,de l’énergie solaire et impacter la viabilité des projets.

Espérons que le gouvernement peut ‘transformer les citrons en limonade’ en saisissant l’occasion pour promulguer un nouveau règlement offrant à PLN un régime réglementaire solide pour approuver des centrales électriques solaires à grande échelle et le droit de désigner directement le gagnant d’un appel d’offres de marche public. Ce nouveau règlement idéalement va satisfaire l’association, promouvoir l’énergie solaire tout en s’adressant aux soucis énumérés plus haut. On peut toujours l’espérer; comme dit le proverbe: «Les rêves, les désirs et les espoirs sont les étoiles de nos vies» ou bien «L’espérance est un de ces remèdes qui ne guérissent pas mais qui permettent de souffrir plus longtemps»…

Christopher Johnston


 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s