Accord d’achat d’électricité, Indonésie

Mise au point d’AAE PV

J’ai participé à une conférence téléphonique avec un expert au sujet de l’énergie photovoltaïque (PV). Notre expert a fait la mise au point de la situation actuelle en ce qui concerne les accords d’achat d’électricité (AAE/PPA) et les centrales PV. Il est une véritable mine d’or d’information sur cette question, une question qui est d’ailleurs très complexe, à la fois commerciale, réglementaire et politique. Il a d’abord expliqué qu’en ce qui concerne l’énergie renouvelable, essentiellement tout est en suspens parce que le gouvernement n’a pas encore formulé un plan concerté quant à la façon de le gérer. PLN fait un effort suivi pour mettre fin à des subventions; par conséquent, PLN ne voudrait pas signer des AAE avec des tarifs préférentiels.

Notre expert a également fait référence à la décision de la Cour Suprême à propos des panneaux solaires photovoltaïques. Cette décision qui interdit l’usage des panneaux solaires fabriqués à l’étranger constitue un obstacle à la mise à pied de centrales solaires en Indonésie. En outre, il semble que tout est en suspens sur le plan politique parce que BUMN (le ministère des entreprises publiques) et MEMR (le ministère de l’énergie et mines) sont en désaccord sur la question de qui détient l’autorité de réglementer les centrales d’énergie renouvelable. Le ministère des finances a de l’intérêt dans ce débat aussi car il contrôle l’attribution des subventions et tente de minimiser les pertes. Jusqu’à ce qu’une décision soit prise au niveau supérieur, on se trouvera dans une situation très floue où il s’avèrera difficile d’approuver des AAE renouvelables. Pour davantage compliquer les choses, il y a des discussions en cours sur l’établissement d’une entreprise publique pour l’énergie renouvelable. Cette institution, selon les médias, aura son propre budget et l’autorité de donner le feu vert à des projets d’énergie renouvelable.

À l’heure actuelle, BUMN peut en principe signer des contrats AAE via désignation directe (direct appointment), mais les problèmes sont plus sérieux que de simples guerres de territoire et des considérations économiques. Il y a aussi des soucis techniques. PLN n’a pas déterminé comment maintenir la stabilité du réseau en intégrant l’énergie renouvelable. Il existe toujours des problèmes de surcharge du réseau et de variabilité des sources écologiques ‘green sources’. En fait, en ce qui concerne la centrale PV de 5 MW à Kupang, notre expert a divulgué que selon ses sources au gouvernement, on ne distribue que 2 MW à PLN parce que PLN n’a pas réussi à maintenir la stabilité du réseau des sources d’alimentation variables. Dans l’état des affaires actuel, la question qui s’impose est comment conclure un AAE «bancable» (financable), étant donne les considérations citées plus haut.

Pour pallier ces lacunes, notre expert nous a conseillé d’articuler l’AAE autour du concept de capacité minimale. Capacité minimale veut dire un montant total de capacité qu’on garantit à produire. Il y aura une bande de 20 pour cent au-dessus et en dessous de cette cible avec des bonus et malus. Ainsi, en dépit du fait qu’il n’y ait pas d’accord d’enlèvement ferme (take or pay), toutefois, l’AAE constitue une «garantie bancable» grâce à cette assurance de capacité (je crois qu’on appelle cette nouvelle forme d’AAE une «Probablility PPA» en anglais).

Quant à obtenir une désignation officielle du lauréat d’une offre publique pour mener à bien une centrale en Indonésie, certains clients ont souligné qu’on ne peut pas traiter l’IUPTL d’un document de nomination; le RUPTL ne l’est pas un non plus. Celui-là est tout simplement un document de planification et d’emplacement, et le nom de l’entreprise qui sera le lauréat d’une offre publique ne figurera pas là-dedans. Le droit de l’entreprise pour mener à bien une centrale s’écrira dans une lettre d’intention qui sera octroyée par le directeur d’électricité de MEMR. Une fois, une entreprise a réussi à négocier un AAE en quatre semaines, mais ce fut un coup de chance, et d’habitude le processus prend au moins 6 mois, voire même des années.

En guise de conclusion, en raison de nombreux obstacles aux centrales d’énergie solaire, il y a ceux qui prônent une démarche où le PV n’est qu’un seul élément. Admettons qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas d’AAE pour la production d’électricité hybride; cependant, certains sont en train actuellement d’en négocier un avec PLN, et on nous tiendra au courant des progrès là-dessus. En résumé, certaines entreprises recommandent une stratégie de bâtir des centrales d’énergie renouvelable hybride sans tarif préférentiel avec pour objectif de remplacer une centrale au carburant. Suivre cette stratégie-là, croit-on, a le plus de chances de remporter du succès dans l’environnement politique, juridique et commercial actuel.

Christopher Johnston

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s